Gabriel Laurent est auteur-réalisateur de documentaires. Il développe ses propres projets mais aussi des films de commande, notamment pour Arte. En tant qu'auteur, il a reçu à deux reprises la bourse Brouillon d'un rêve de la Scam, et est lauréat 2016 de la bourse Louis Lumière de l'Institut Français.

 

Ses premiers travaux prennent pour cadre une histoire familiale. Tournés sur quatre ans entre la France et la Corée du Sud, le diptyque Voyages de reconnaissances raconte les retrouvailles après plus de vingt ans de séparation, entre Sophie, adoptée de Séoul à l’âge de six ans, ayant grandi dans les Landes, et Chang-Ho, son père biologique coréen. À travers leur volonté de renouer, les deux films questionnent la nature du lien indéfectible qui unit un père et son enfant.
 À partir de 2013, il entame successivement trois coréalisations. La première, Le Royaume, est un film tourné en zone rebelle Karen, dans la jungle birmane, où des missionnaires américains sulfureux apportent un soutien militaire aux minorités ethniques oppressées.
 Goodbye Jerusalem dessine le portrait de quatre jeunes israéliens vivant à Jérusalem. Étudiants, artistes, activistes, poussés à la marge dans leur pays, le film questionne le lien des personnages à leur territoire - Jérusalem - et leurs quêtes respectives d’y définir leurs propres conditions d’existence. Antoine raconte l'histoire d'Antoine Deltour, lanceur d’alerte du scandale financier des Luxleaks, dans l’attente de son procès face au parquet du Luxembourg et son ancien cabinet d’audit. L’acte citoyen de dénonciation de pratiques illégales comme acte intime de réappropriation et d’affirmation de soi.